Mémorial de la terre océane – Kenneth White — Liseuse

En tout temps, le propos de toute poétique lucide et conséquente a été de créer un rapport substantiel entre l’être humain et la Terre. À une époque où l’on parle de sauver la planète, où les discours écologistes abondent, manque, de toute évidence (mais qui sait voir?) une parole à la fois profonde, intellectuellement et culturellement fondée, et spacieuse, c’est-à-dire faisant respirer l’esprit. Les livres publiés par Kenneth White au Mercure de France depuis la fin du XXe siècle – Les Rives du silence, Limites et Marges, Le Passage extérieur, Les Archives du littoral – vont tous dans ce sens. C’est dans ce Mémorial de la terre océane qu’ils trouvent leur apogée.

via Mémorial de la terre océane – Kenneth White — Liseuse

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s